Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Avant l’arrivée des premiers colons espagnols, Valparaiso est habitée par l’ancien peuple des changos. Les changos sont des pêcheurs et ils profitent déjà des bienfaits de l’océan Pacifique. L’espace sur lequel ils s’étendent est la colline qu’ils appellent Valle de Alimapu.

audio-iconAUDIOTOUR KORKE : Ecoutez cet article en cliquant sur le lecteur ci-dessous. ©2013 Turismo Korke Ltda.

Cette vallée est le plus vieux cerro de Valparaiso. Il est plus tard renommé Cerro Santo Domingo.
Lors de la fondation de la ville, les conquistadors espagnols se regroupent dans un premier temps autour du port et de la première chapelle, ancêtre de l’actuelle Église de La Matriz. Par la suite, l’importante activité portuaire et l’ancrage essentielle dans la zone Pacifique vont pousser au développement urbain de Valparaiso. Les quartiers s’agrandissent et au 19ème siècle, les populations commencent à habiter les collines ou cerros avoisinants.
Autour de la baie de Valparaiso se déploient environ 45 cerros. Tous ne possèdent pas la même physionomie et architecture. En effet, Valparaiso est divisé économiquement et socialement. Les cerros les plus riches se situent près du centre ou plan. Ils sont aménagés principalement par les colonies britanniques, allemandes et françaises. Elles y construisent de somptueuses demeures bordées par des promenades ou miradors où les nantis aimaient flâner. Par contre, si l’on s’éloigne du centre, les cerros sont plus pauvres constitués de maisons plus simples.
Les cerros de Valparaiso sont un enchevêtrement d’escaliers et de passages.
Ils sont parsemés de ruelles sinueuses et de recoins cachés. Valparaiso est une ville à la perspective insolite dont on ne se lasse jamais.