Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
Rate this post

À quelques mètres du quai de la ville portuaire d’Ushuaia* se dresse le bâtiment jaune de la Prison des Récidivistes ou Pénitencier de la Fin du Monde. Le rôle de la prison dans le développement de la ville argentine est peu connu.
En 1883, le président argentin Roca présente un projet de colonie pénale au sud de la République. La Prison des Récidivistes est censée résoudre les inconvénients de la surpopulation pénitencière en Argentine. La prison crée un premier élément de population dans la région mais renforce aussi la souveraineté du pays en Terre de Feu* argentine.
Le travail de construction du pénitencier fût mené par les dix premiers prisonniers. Ceux-ci remplissait de la sorte leur condamnation.
La Prison des Récidivistes se nomme aussi Pénitencier de la Fin du Monde en raison de la présence du phare du même nom à Ushuaia. En effet, en 1884, on construit aussi un phare que Jules Verne nomme « Le Phare de la Fin du Monde ». Plusieurs prisonniers célèbres sont passés par les murs de la prison. Par exemple. on y enferma le premier prisonnier coupable d’homicides multiples, Mateo Banks alias « Le Mystique ». On suppose aussi la présence de Carlos Gardel, le plus grand chanteur de tango mais aucune trace n’a subsisté.
En 1947, le président Perón décide de fermer la prison. La Prison des récidivistes passe alors aux mains du Ministère de la Marine qui y installe sa base en 1950.

Agrandir le plan