Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
Rate this post

L’expansion de Tiwanaku jusqu’au sud du Pérou et au nord du Chili a sans doute été rendue possible grâce à des motivations géopolitiques. De cette manière, le calme et les relations amicales favorable à l’expansion Tiwanaku étaient maintenus notamment dans les régions périphériques.

audio-iconAUDIOTOUR KORKE : Ecoutez cet article en cliquant sur le lecteur ci-dessous. ©2013 Turismo Korke Ltda.

En même temps, ce contact avec les vallées occidentales permet l’accès à Tiwanaku à toute une série de produits que l’on ne cultive pas dans l’altiplano pour des raisons climatiques. On trouvait dans les vallées occidentales et dans le nord du Chili des marchandises comme le mais, le coton, le poisson sec et les coquillages. Ces matériaux étaient utilisés par les habitants des vallées péruviennes et chiliennes à des fins rituels et ornementales. Les membres des communautés tiwanaku offraient en échange du charqui, la viande sèche, de la laine, du quinoa, des tissus, des ornements de pierre, de bois, de métal et de la céramique.
L’art textile que l’on trouve dans le nord du Chili à cette époque est particulièrement révélateur d’une échange culturel important et intensif. La confection de ces bonnets de laine est intéressante. Pourvu de quatre pointes ils témoignent de la classe sociale. Ils présentent aussi des parties décorés en 2, 3 ou 4 éléments de couleurs cousus à l’aiguille. Ce patron est surement une représentation de leur vision du monde que l’on retrouve aussi dans les textiles.
Ce texte a été réalisé comme support pour la visite du Musée archéologique du Valle de Azapa à Arica: Vous pourrez découvrir une variété complète de bonnets, de céramiques et d’autres objets résultant de cet échange entre le centre Tiawanaku et le nord du Chili dans la vitrine 9.