Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
Rate this post

Carnivore, le coati est un petit mammifère placentaire de la famille des Procyonidés, tout comme les ratons laveurs. On le retrouve dans plusieurs zones d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale. Il existe plusieurs espèces et sous-espèces de coati. Trois sous-espèces vivent en Argentine : le coati à nez blanc – nasua aricana, le coati nasua solitaria et le coati nasua cinerascens. Issu de la langue guarani, la signification de coati est « nez allongé ».

Découvrez le coatí dans notre exemple de voyage en Argentine

Le coati possède un corps long allant de 80 cm à 150 cm, et pèse entre 4 et 5kg. Sa tête noirâtre est triangulaire avec des petites oreilles aux bords blancs. Sa queue, large et volumineuse, ornée de cercles sombres, fait plus de 50 cm de long. Sur son ventre, les tons varient du blanc aux tons orangés. Toutefois, sa couleur va du marron au gris selon la région et de l’habitat. Le coati possède de fortes griffes qui en font un excellent grimpeur. Ainsi, son habitat est arboricole. Très agiles, ils sautent de branche en branche comme des singes. En quechua, ils sont d’ailleurs appelés « sacha-mono », ce qui signifie « presque un singe ». Cependant, ils évoluent aussi au sol.

Le coati est un animal grégaire, vivant presque toujours en groupe de cinq à huit individus, surtout les jeunes et les femelles. Plus solitaires, les mâles sont souvent séparés des femelles pendant des mois. Ils se rejoignent pour l’accouplement. Les coatis cherchent leur nourriture la nuit et dorment dans les parties élevées des arbres où ils établissent leurs nids. La flexibilité de leurs articulations leur permet de descendre la tête en bas sur les troncs. Sur le sol, ils sont plantigrades, c’est-à-dire qu’ils occupent toute la plante du pied pour se déplacer. La gestation d’une femelle coati dure entre 70 et 75 jours. Elles mettent à bas, une fois par an, de mars à avril, de deux à six petits. Les coatis vivent dans des milieux sylvestres ou semi-sylvestres, humides ou proches des cours d’eau.
Les coatis sont omnivores. Ils consomment des aliments d’origine végétale et animale comme les fruits, les insectes, les escargots et des vertébrés comme les grenouilles, les vipères, les oiseaux ainsi que des mammifères. Ils sont, quant à eux, la proie des félins tels que les pumas, les jaguars, les ocelots et les jaguarondi. Ils constituent aussi la cible privilégiée des prédateurs tels que les aigles, les boas et les singes. Les coatis sont des animaux qui entretiennent de bonnes relations avec l’homme. Ils se rapprochent d’ailleurs souvent des milieux urbains.
En Argentine, ils vivent surtout dans la province de Corrientes et dans le nord de la province d’Entre Rios. Les coatis peuplent aussi la partie orientale de la province de Chaco, le nord de Santa Fe, la province de Salta, de Jujuy et de Tucuman. On les aperçoit également dans la province de Misiones ainsi que dans la forêt tropicale des alentours des chutes d’Iguazú. Par ailleurs, le coati a été introduit sur l’Ile de Pâques. L’homme est aussi une menace pour cet animal, de par l’expansion des terres cultivées et occupées pour le bétail, avec comme conséquence, la destruction de leur habitat naturel et leur migration vers des provinces d’Argentine plus reculées, composée de selva et de monts.