Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
Rate this post

Originaires de la zone amazonienne, les indiens guaranis sont un des peuples les plus représentés sur le continent latino-américain. Les guaranis se sont établis dans plusieurs régions d’Amérique Latine. On les retrouve à partir du 15e siècle jusqu’au 17e siècle sur le littoral sud du Brésil et au Paraguay. Cependant, les indiens guaranis sont nomades et ils entament une migration vers le sud du continent, au nord-est de l’Argentine et au sud-ouest de la Bolivie, car ils besoin de trouver de nouvelles terres cultivables mais aussi parce que les autres indigènes les repoussent. Les indiens guaranis travaillent la terre et vivent de l’agriculture qu’ils pratiquent sur brûlis. Leurs principales cultures sont le manioc, le maïs, le haricot, le tabac et le coton.
D’un point de vue linguistique, les indiens guaranis font partie de la famille des langues Tupi, une famille de langues amérindiennes parlés par divers peuples natifs du Brésil, de la forêt amazonienne et du Paraguay. Ils constituent le groupe le plus représenté de la famille Tupi. La langue guarani du Paraguay est avec l’espagnol une des langues officielles du pays et en Argentine, elle est également reconnue. Le guarani a été utilisé pour la catégorisation de la faune et de la flore et ce, car ce peuple a toujours eu une connaissance pointue de la biodiversité.

Les indiens Guaraní se découvrent dans cet exemple de voyage en Argentine

groupe d'indiens guaranis

Groupe d’indiens guaranis du Brésil

indiens guaranis enfants

Enfants guaranís

Les indiens guaranis travaillent la terre et vivent de l’agriculture qu’ils pratiquent sur brûlis. Leurs principales cultures sont le manioc, le maïs, le haricot, le tabac et le coton. Plusieurs archéologues affirment que les indiens guaranis pratiquaient une forme de cannibalisme pour acquérir certaines facultés et aptitudes de la victime. Il s’agissait également d’une offrande à leurs dieux et une manière d’obtenir la force et la valeur du guerrier ennemi. Toutefois, parallèlement a cette interprétation du rite guarani, d’autres auteurs affirment, au contraire, que les indiens guaranis vénéraient un être supérieur nommé Tupa mais qu’ils n’élevaient aucun temple en son honneur et ne pratiquaient aucune offrande ni sacrifice. La mythologie guarani, hormis Tupa, possédait d’autres dieux et la finalité de leur croyance était d’accéder à la « Terre sans mal ». Les premiers missionnaires reprendront par la suite la divinité Tupa en vue de l’acculturation des indiens guaranis.
Au 15e siècle, on compte entre 1,5 et 2 millions d’indiens guaranis mais de nos jours, ils ne sont plus que 100.000 membres. Toutefois, la langue guarani est encore parlée par 5 à 12 millions de personnes. De nos jours, les indiens guaranis d’Argentine sont confrontés à des problèmes de dénutrition, de manque de terres ainsi qu’à des maladies comme la tuberculose. En 2013, au Brésil, des communautés guaranis sont menacées d’expulsion de leurs terres par le lobby agro-alimentaire et ont annoncé qu’elles se suicideraient collectivement si tel était le cas.