Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
Rate this post

Le caracara est un rapace falconiforme faisant partie de la famille Falconidae. Oiseau diurne, comme les aigles, les faucons ou les vautours, il évolue en journée. On le retrouve en Amérique centrale ainsi qu’en Amérique du sud dans des pays tels que l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, le Pérou, le Paraguay et l’Uruguay. Il existe dix espèces de caracara.
En Argentine vivent principalement le caracara huppé ou caracara plancus. Le caracara habite tout le territoire national. Il vit dans des champs, des prairies, des zones humides et agricoles. Il s’établit aussi à la lisière des bois et à côté des routes car cela lui permet de s’alimenter d’animaux victimes de la circulation. Le caracara est un oiseau charognard qui attaque ses proies aux yeux, aux lèvres ou sur la partie postérieure afin de les rendre inoffensives.
Le caracara mesure entre 55 et 60 cm de long et sa largeur est d’environ 120 cm. Sa physionomie est la suivante : le dessus de sa tête est noirâtre tandis que le bas est grisâtre et blanc tout comme le coup. Sur son torse et sur son dos figurent des lignes parallèles sombres entrecoupées de blanc grisâtre. La partie inférieure des ailes est blanchâtre tout comme sa queue, pourvue à l’extrémité d’une bande noire. En vol, on peut observer, sur les extrémités des ailes, une ample tache blanche. Sur les pattes, les cuisses et sur une partie importante des ailes, on remarque des tonalités de brun foncé. Le bas des pattes est jaune et dénudé. Les tons de son bec varient du jaune au rouge orangé.
Le caracara est également un oiseau « terrestre ». En effet, en comparaison à d’autres rapaces, il marche davantage pour dénicher sa nourriture constituée de petits animaux et d’insectes. Il a aussi l’habitude de chaparder la pitance d’autres rapaces ou encore d’attaquer leurs nids. Son vol est battu c’est-à-dire qu’il vole grâce à un battement répété des ailes mais on l’observe également en train de planer en cercle.
Le caracara dépend de l’activité de l’homme, principalement de la disponibilité de charogne sur les champs. Ainsi, il réagit positivement à l’augmentation du nombre de pâturages car cela signifie pour lui, une plus grande source d’aliments. Par conséquent, tout comme pour les autres rapaces, le caracara est sensible à l’exploitation humaine de la terre. L’agriculture aura donc un impact négatif sur cet oiseau car elle diminue la quantité de charognes disponibles dans les champs.
Le caracara se reproduit durant le printemps et en été. La femelle pond de deux à trois œufs. Il confectionne son grand nid à la cime des arbres avec des branches, du duvet et des herbes. En Argentine, le visiteur pourra découvrir ce superbe oiseau dans le parc national Tierra del Fuego ou encore dans le parc national Los Alerces.

caracara Argentine Chili