Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Le caïman yacaré est une espèce de  crocodiliens qui vit dans les régions subtropicales et tropicales d’Amérique du Sud. Il s’agit d’une espèce de caïman que l’on retrouve principalement au sud de la Bolivie, au sud-ouest du Brésil ainsi qu’au sein des cours d’eau du Paraguay et du Nord-est de l’Argentine dans la région de Misiones (Chutes d’Iguazu). On le nomme aussi yacaré noir ou encore caïman du Paraguay.

Le caïman yacaré vit également dans la pampa argentine et dans le nord de ce pays, dans les eaux douces de la province de Corrientes où l’on peut découvrir un des élevages les plus importants composé de 10.000 spécimens. La population totale est estimée entre 15 et 35 millions d’individus.
La peau du dos du caïman yacaré est épaisse, de couleur noir ou olive très sombre, légèrement tachetée sur les flancs. Adulte, le caïman yacaré peut atteindre une longueur de 2,5 mètres. Sa gueule est large et étroite. Son ventre jaune ne possède pas de structure osseuse, contrairement au dos qui est pourvu d’écailles bien marquées. Les pattes du caïman yacaré sont courtes et puissantes. Les doigts des membres inférieurs sont reliés, ce qui facilite la nage mais la force de poussée provient essentiellement de la queue qui représente environ 30% de sa taille globale.

CaÍman

Carnivore, le caïman yacaré s’alimente d’escargots, de mollusques et de crustacés ainsi que de poissons. En cas de besoin, ce prédateur attaquera également d’autres reptiles et de petits mammifères. Il ne fait preuve d’aucune agressivité envers l’homme. Les caïmans yacaré sont eux la proie des rapaces tels que le caracara, par exemple.

Le Caïman peut se voir dans la région de Misiones lors d’une visite aux chutes d’Iguazu, visite que vous pouvez découvrir en détail dans notre exemple de
voyage en Argentine dans le Nord-est et la région de Misiones.

Le caïman yacaré se reproduit au début de l’été. Les mâles marquent leur territoire et chassent les individus les plus faibles. Les femelles construisent leur nid avec des éléments organiques qu’elles trouvent dans les alentours d’un cours d’eau. Elles pondent entre 20 et 40 œufs dans un nid qui peut mesurer jusqu’à 1,5 m de diamètre et 60 cm de hauteur.
Les causes principales de leur réduction sont la pratique de la chasse afin de fournir l’industrie du cuir, le trafic pour en faire des animaux domestiques, la consommation en tant qu’aliment local et la détérioration de leur habitat naturel par l’exploitation des terres. Toutefois, l’espèce a été sauvegardée et elle est aujourd’hui officiellement protégée.