Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
Rate this post

Les indiens Haush, appelés également Aush ou Manekenk, sont un peuple indigène d’Argentine qui habitait dans la zone est de la Grande Ile de Terre de Feu, entre la Baie Buen Suceso et le Cap San Pablo. Bien que cette peuplade ait une physionomie semblable aux indiens Onas et des mythes communs, on suppose que les Haush sont arrivés en premier lieu en Terre de Feu mais qu’ils ont été repoussés vers l’extrême sud-est de l’île.
L’ethnie Haush, constituée d’excellents chasseurs-cueilleurs nomades, partageait certaines coutumes avec les indiens Onas telles que l’emploi d’armes similaires comme le petit arc à flèches de pierre, l’utilisation de peaux d’animaux et le rite initiatique de domination masculine Hain. Ces indiens avaient pour habitude de vivre en groupe de deux à trois familles dans des huttes, appelées « chozas », composées de mousse végétale et de cuir. Parmi leurs pratiques, on retrouve le travail de la céramique et la vannerie ainsi que la construction de pirogues monoxyles, c’est-à-dire d’une seule pièce de bois taillée dans un tronc d’arbre.
La culture des indiens Haush est moins développée que celle des indiens ou Onas et Yagans, principalement à cause de l’isolement géographique et des conditions environnementales extrêmes. En terre fuégienne, la plupart des amas coquilliers, accumulation de coquilles de mollusques issus des nombreux repas humains, appelée kjøkkenmødings, sont l’œuvre des indiens Haush.
Les Haush avaient un régime alimentaire très riche en protéines car ils s’alimentaient principalement de guanacos, de loups de mer, de fruits de mer, de crustacés, de pingouins et de poissons. Ils consommaient en outre un champignon traditionnel qui pousse sur les hêtres de Terre de Feu, le « pan de indio », du genre Cyttaria, également utilisé par les indiens Mapuches pour l’élaboration de la boisson alcoolisée « Chicha ». Ce genre de champignon est de nos jours encore consommé en Argentine et au Chili. Enfin, les Haush se nourrissaient d’algues géantes dites kelp et de viande provenant des cétacés échoués sur les plages.
Lorsque les Espagnols arrivèrent en Terre de Feu vers 1620, les indiens Haush avaient déjà été obligés d’occuper l’extrême sud-est de la Terre de Feu à cause de la pression des Onas. A cette époque, il ne restait déjà plus que quelques membres, propre de l’ethnie Haush, car leur population s’était assimilée aux peuplades voisines. A la fin du 19e siècle, subsistaient quelques 300 indiens Haush et au début du 20e, à peine soixante, comme l’a décrit le missionnaire anglais Lucas Bridges. A la fin de la première décennie du siècle passé, on ne comptait plus que 4 membres du peuple Haush.
Le mot Haush n’est pas une création propres de ces indiens, il s’agit en fait d’une expression méprisante utilisée par les indiens Yagans et signifiant « graisse de poisson ». La langue Haush est l’une des langues chon, une famille de langues amérindiennes d’Amérique du Sud, parlée en Argentine et au Chili, dans la partie méridionale de la Patagonie et en Terre de Feu, semblable aux dialectes des indiens Onas et Tehuelches.

Haush-teneniskculture haush - Terre de Feu