Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La production du vin en argentine est réalisée traditionnellement dans les provinces de Mendoza, San Juan, Salta, La Rioja, Cordoba, Catamarca et ces dernières années, une production a commencé également dans les provinces de Neuquen, Rio Negro, Entre Rios, Chubut, Buenos Aires et à Santa Fe. 

vins argentins mendoza

Les vignobles de Mendoza, situés au pied de la Cordillère des Andes, représentent la plus grande partie de la production viticole argentine avec près de 60 %.

Le vin en Argentine est la boisson nationale, le pays étant d’ailleurs au passage le plus important producteur de vin d’Amérique Latine, le cinquième producteur au niveau mondial et le neuvième exportateur au Monde. Ces dernières années, la qualité du vin argentin s’est améliorée de façon importante et a gagné du terrain sur le marché mondial. En 2010, les ventes ont atteint un chiffre d’affaires de 650 millions de dollars, soit une hausse de 17% par rapport à l’année précédente. L’Argentine s’est ainsi substituée au Chili comme principal vendeur de vins aux Etats-Unis, le marché le plus important de la planète. 

vins argentins-cafayate-1

Outsiders de qualité, les viticulteurs de la région de Cafayate sont obligés de faire de la qualité la priorité du au manque de terres cultivables adaptées à la viticulture.

Le vin est un ingrédient classique de la gastronomie argentine telle que les produits méditerranéens comme l’huile d’olive, le citron, l’ail, l’oignon ou encore le laurier. En Argentine, le vin accompagne tous les repas, principalement le fameux « asado », le barbecue national. Par ailleurs, les multiples vagues d’immigration transatlantique en provenance d’Italie, d’Espagne, du sud de l’Europe et même de Grèce, à partir de la moitié du 20e siècle, ont renforcé ce régime alimentaire méditerranéen. Auparavant, les plats de la population urbaine autochtone étaient accompagnés de vins rouge de table de type « priorato » (originaire de la province espagnole de Tarragona) et ceux du milieu rural et gaucho d’ »arrope », un sirop de raisin caramélisé typique d’Espagne. Les Argentins sont ainsi de très bons consommateurs de vins. En 2006, la consommation moyenne a atteint 45 litres de vin par année per capita. 

vins argentins Bodega la Rosa

La bodega La Rosa, un établissement situé dans la région de Cafayate et qui a ouvert sa « bodega » au tourisme, permettant à des centaines de visiteurs l’accès au très haut standing de ses installations.

Le vin le plus traditionnel des Argentins est certainement le vino « tinto » ou vin rouge, possédant beaucoup de corps et d’astringence, c’est-à-dire la propriété qu’acquièrent certains vins sous l’effet du tannage des protéines. Sa couleur est appelée « quebracho » en référence au schinopsis balansae, un arbre rougeâtre dont la teneur est très forte en tannins tout comme ce vin rouge. Pendant la deuxième moitié du 20e siècle, la classe moyenne argentine va favoriser la consommation des vins dits « rosados » ou rosés, dont le bouquet est intermédiaire, situé entre les vins intenses et rugueux et les vins plus doux tels que les « claretes » de type italien dont l’élaboration est semblable à celle du vin rouge ou des vins encore plus doux tels que les vins blancs. Les vins blancs communs vont se généraliser au sein de la population, ce qui aura pour effet d’amoindrir leur qualité. 

Les raisins qui sont produits dans la zone cordillère et précordillère de l’Argentine sont riches en glucoses avec comme conséquences d’excellents éthanols et des flavonoïdes équilibrés.

Le vin étant forcément associé à la culture de la bonne table, ici à la Casa de la Bodega on associe les deux de façon typique et ancestrale.

Le vin étant forcément associé à la culture de la bonne table, ici à la Casa de la Bodega on associe les deux de façon typique et ancestrale.

Les débuts de la production vinicole de l’Argentine remontent à 1556 lorsque le presbytère Juan Cedron planta dans la province du nord-ouest argentin de Santiago del Estero les toutes premières vignes de muscats ou « uvas país » provenant et cultivés dans la ville du nord chilien, La Serena. Dans premier temps, la production était censée être utilisée durant la messe. Un demi-siècle plus tard, les Franciscains vont importer des importer des raisins Malvasia des Iles Canaries vers la province de Salta. Le but de ces missionnaires était de produire des vins blancs et doux, aptes à être utilisés également durant les cérémonies religieuses.