Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
Rate this post

HendrickxEric et Laurence (Belgique) 

Avec pas mal d’anxiété, nous voilà partis pour 3 semaines d’aventures : pays inconnu, langue inconnue, enfants éparpillés chez les amis …. pas mal d’appréhension en sachant que ce serait probablement le dernier ‘grand’ voyage avant quelques années. Ce devait être super, magique, féérique …. Anne nous attend à l’aéroport et nous amène à l’hôtel. Elle nous fait part des quelques règles de base et surtout nous aide à nous débrouiller dans Santiago. Génial, nous prenons confiance et nous voilà partis pour la grande aventure. Nous avons pû nous acclimater doucement en compagnie d’amis chiliens dans le Nord du pays. Puis, départ pour San Pedro : nous nous sentons maintenant vraiment au centre de notre voyage; tout ce qui est excursion est pris en charge mais nous avons tout de même l’impression de rester maitres de notre voyage. La découverte de cette région est inimaginable. Comment un esprit européen comme nous pourrait imaginer rouler pendant 2 heures, ne voyant que quelques cactus de temps à autre, et découvrir d’un seul coup une immense lagune verte, comme par magie … Nos guides sont sympas et prennent le temps de nous expliquer l’histoire de chaque petit village, leurs coutumes. A chaque fois, nous sommes acceuillis trèschaleureusement. Puis, une voiture de location nous attend à l’aéroport. Et nous voilà partis, ‘road book’ sur les genoux, pour descendre vers Valparaiso et Santiago.  Les plans et le road book sont parfaitement fait; pas une fois nous ne nous sommes perdus et à chaque étape, nous savions ce qu’il y avait ou non à voir. A nous ensuite, en fonction de notre humeur, du temps etc si on voulait le faire ou non. Le road book + un complément de guide touristique ….. et le tour est joué ! La seule chose qui nous a un peu fait défaut est le fait de ne pas parler du tout l’espagnol; car il est très difficile de trouver dans le nord des personnes parlant anglais ou francais. Je suppose donc que nous avons raté pas mal de contact avec les autochtones, dû à cette lacune. 3 semaines se sont écoulées…. nous ne les avons pas vu passées ! Nous avions complètement déconnectés de l’appréhension du début du voyage; nous n’avions rien eut à prendre en charge, à nous préoccuper….

…tout était prêt et cela nous a permis de simplement nous laisser aller ‘au gré de Korke’.

Un tout grand merci à Anne et à très bientôt.